THE VIRTUAL ART - BOOK & MAP FAIR

5 French manuscript ship's journal / Virtual Book Fair 118

€30,000.00

Description: VITALIS (officier de marine);

Journal de la campagne que l'escadre des huit galères du Roy viennent de faire, présenté à Monseigneur le duc d'Anville, lieutenant-général des galères.

Marseille 1734 Manuscrit petit in-4 (21,5 x 15,5 cm) de (1) f. de titre et 98 pp.; vélin ivoire, titre manuscrit au dos (reliure de l'époque), sous chemise et étui demi-chagrin vert moderne.

Exceptionnel manuscrit sur les galères du roi Journal d'une campagne en Méditerranée, couvrant la période du 13 mai au 12 octobre 1734. Il est illustré d'un plan manuscrit de la rade de Tarente, exécuté à la plume et à l'aquarelle, avec indication de l'échelle (1 p. in-4 repliée). Commandée par le grand prieur des galères et le duc d'Anville, lieutenant-général, l'escadre était composée de huit galères : la Réalle, la Patronne, l'Eclatante, la Gloire, la Brave, la Favorite, la Hardie et l'Ambitieuse. Sa mission était de se rendre à Tarente, dans le sud de l'Italie, afin de surveiller les côtes du royaume de Naples et d'y intercepter, le cas échéant, les navires ennemis. Le journal décrit les routes parcourues, les manœuvres effectuées et les conditions de navigation; il contient aussi les relèvements nautiques effectués tout au long du voyage. Partis de Marseille le 17 mai 1734, les navires passent par Toulon et les îles d'Hyères, puis se dirigent vers le cap Corse où ils aperçoivent des galères espagnoles qui semblent sortir du golfe de Saint-Florent (29 mai). Le lendemain, un vaisseau hollandais passe à proximité de l'escadre, sans venir "à l'obéissance", malgré un coup de canon tiré par la Réalle. Le 2 juin, ils sont à Civita Vecchia et, le lendemain, l'escadre reçoit le salut de deux galères du pape. Les bâtiments y mouillent jusqu'au 12, date du départ pour Naples où ils arrivent le 16 juin. Après les saluts d'usage, l'escadre rejoint Pouzzole et y reste jusqu'au 26. Le lendemain, ils arrivent aux îles Lipari et effectuent un court mouillage à l'île Stromboli, qui fait l'objet d'un relèvement. Le 29 juin, l'expédition passe le détroit de Messine et se dirige vers Reggio où elle arrive le même jour. Une procession a lieu le 1er juillet, au cours de laquelle les navires sont bénis par l'archevêque de cette ville. Le 5, un bâtiment portant pavillon anglais est aperçu : on lui tire deux coups de canon, mais "ledit vaisseau n'a pas laissé de continüer sa routte cotoyant la Sicile?c". Le départ de Reggio a lieu le 11; l'escadre longe alors les côtes de Calabre pour arriver en rade de Tarente le 16 juillet. L'officier indique les moyens d'y pénétrer : "Dans cette rade on peut entrer par 3 passes dont la meilleure est celle d'entre le cap St Vito et la petite isle appelée St André. Il faut approcher la ditte isle à la portée d'un coup de canon de 4 et venir ouvrir le passage d'entre cette ditte isle et la grande et l'ayant un peu ouvert on peut gouverner sur la ville sans crainte, ayant évité un bas fond?c" (p. 50). Il décrit les endroits dangereux et donne le relèvement de la rade. Cette description est illustrée d'un plan aquarellé montrant l'emplacement de la ville, les trois ponts qui la relient au continent, le cap San Vito et les deux îles de la rade. Le départ de Tarente a lieu le 23 juillet. Commence alors le voyage de retour : mouillage à Reggio le 26, où ils croisent deux galères espagnoles qui saluent l'escadre de 4 coups de canon : "la Réalle leur en a rendu un", passage des îles Lipari le 5 août, arrivée à Pouzzole le 7 et mouillage à Naples le 10 août. Le lendemain : "A sept heures du matin les galères d'Espagne, où Don Carlos Roy de Naples estoit embarqué, ayant pareu, lesquelles revenoient du siège de Gayette, la Réalle a mis une banderole rouge [?c] pour venir à la rencontre des dittes galères qui estoient au nombre de 5, et estant à une certaine distance, l'escadre s'estant rangée en bataille par le signal qu'en a fait la Réalle [qui donna] celuy de nous préparer pour le salut?c" (p. 63). Suivent plusieurs saluts constitués de coups de canon et de mousqueterie entre les escadres françaises et espagnoles. Puis l'expédition quitte Naples le 18 août. Le 20, ils effectuent la reconnaissance de Gayette [Gaeta] au nord-ouest de Naples, puis continuent leur route. Arrivés à proximité des îles Ponces, le mauvais temps et le peu de vent d'Est les obligent à retourner à Gayette, pour en repartir le 24. Puis ils parviennent à Civita Vecchia le 4 septembre où l'escadre fait un échange de saluts avec deux galères du pape. Le 7, ils aperçoivent l'île Monte Christo, puis arrivent à l'île d'Elbe, avant de mouiller à Gênes le 18 septembre pour rentrer à Marseille le 12 octobre 1734. L'auteur de ce journal pourrait appartenir à la famille Vitalis (ou Vitally), originaire de la République de Gênes et qui a donné plusieurs officiers de distinction (Artefeuil, Histoire héroïque et universelle de la noblesse de Provence, II, pp. 572-574). Il pourrait aussi avoir un lien de parenté avec Esprit Vitalis, consul de la ville de Toulon en 1662 (Teissier, Armorial de la ville de Toulon : familles consulaires, officiers de marine, p. 30) ou encore avec Gaspard Vitalis, bourgeois, et Jean Vitalis, marchand négociant (Godefroy de Montgrand, Armorial de la ville de Marseille, p. 164). Ce manuscrit, très bien conservé dans sa reliure de l'époque, constitue un intéressant témoignage sur l'activité des galères du roi en Méditerranée au XVIIIe siècle.
  • Number: 1180036 (LBW-334)
  • Dealer: Robert Putman







 
Your IP Address is: 54.198.243.51
Antique Maps fair
Copyright © 2008-2018 VIRTUAL ART - BOOK & MAP FAIR |  Design by mCar Automatisering, Inspired by Clyde Jones | Powered by Zen Cart